Grind tales

Hackerspace à Nanterre

Grind tales

Une partie du sol des locaux supplémentaires de l’Électrolab est malheureusement si dégradé qu’il requiert une véritable action de rénovation. Ce type de chantier appelé «bataille du rose » a déjà eu lieu il y a trois ans dans l’actuelle zone « électronique ». Une partie de la nouvelle emprise du Lab présente un état de surface similaire à celle sur laquelle il avait fallu intervenir par le passé. Mais si on pouvait s’abstenir de faire, ce ne serait pas de refus. En effet, les plus anciens du Lab ne voulaient plus faire de bataille du rose, tant cette couleur – fort jolie au demeurant – a colorisé leurs esprits, leurs vêtements et outils lors d’un week-end mémorable de décembre 2010.

Au nom du rose
Le principal problème de ce revêtement de sol dont nous aimerions nous débarrasser est qu’il est comme vitrifié, d’une dureté si élevée qu’un burin rebondit dessus, et qui ne se laisse pas attaquer par des meules professionnelles en carbure de tungstène. Pour couronner le tout, il est réfractaire et donc insensible au feu. Certaines zones ont également incorporé au béton des couches de carton également vitrifié qu’il convient d’attaquer au perforateur.

IMG_0328IMG_0330IMG_0336

 

Le particularisme de notre chantier est tel que même aucun des professionnels de la rénovation consultés il y a trois ans n’avait de réponse claire à notre problème. Il est impossible de proposer une bonne méthode a priori. La seule solution c’est d’essayer pour valider ou décliner. C’est dire s’il aura fallu se creuser les méninges jusqu’au rachis pour mettre au point la méthode spécifique de burino-carbo-meulo-brosso-lavo-ragréo-cirage.

La bataille du rose fait donc oh joie ! – son comeback. Mais en version 2.0 cette fois-ci. Ce qui change ? Ben on sait à quoi s’attendre (ahem !). Cette fois-ci on retente le coup avec bien plus de sérénité et avec du matériel lourd encore plus performant avec lequel l’effort global sera grandement diminué par rapport au passé.

Mais comment?
Si, de haute lutte, les membres de l’Électrolab ont finalement réussi à mettre au point une méthode de rénovation acceptable pour leur sol dégradé, personne n’a jamais compris quel concentré de couleurs et de produits inconnus a pu se combiner avec le temps pour engendrer un tel amalgame aux propriétés si particulières, rendant la remise en état fort délicate. Quoi qu’il en soit, la meilleure méthode que nous ayons trouvé pour traiter le sol utilise une quantité non négligeable d’huile de coude !

pendant_ce_temps

Tapis rose
En un seul WE, environ les trois cinquièmes de la surface Workshop à été décapée de son rose sombre. Mais par endroits, il y a aussi du bleu, du vert et même du jaune. Les travaux sont certes longs et engageants, mais ce n’est pas l’enfer des temps héroïques, où la poussière dégagée obligeait à s’engoncer dans des combinaisons spéciales. Encore quelques WE et on sera fin prêt pour dérouler la moquette rose bleue en zone Workshop. Mais il faut bien passer par cette phase un peu pénible – gagner la bataille du rose – pour  créer de nouveaux locaux agréables et fonctionnels. Et même si les actions de rénovation de sol sont très éloignés des objectifs de l’association, les connaissances acquises dans ce domaine par la force des choses, vont certainement être utiles pour d’autres besoins.

IMG_0326

Oui mais ensuite ?
Maintenant que le sol est dépollué,  nous pouvons passer une couche de ré-agréage pour obtenir une belle dalle lisse et faire disparaître les blessures dues aux perforateurs utilisés massivement.
Enfin, nous recouvrirons le sol de moquette ce qui permettra ainsi d’utiliser la zone au plus vite pour en faire un espace « projets » tant attendu pour palier à l’importante fréquentation du lab depuis ces six derniers mois.