Tuesday 05/04/2011

Hackerspace à Nanterre

Tuesday 05/04/2011

Ah, enfin mardi, et je sais l’impatience qu’ont certains membres pour se retrouver ensemble afin de discuter de choses et d’autres. Mais on ne fait pas que discuter, car « on ne parle pas la bouche pleine ». Dès le plat servi, le silence s’impose de lui-même, presque religieusement.

Au menu :
– saucisson du pays et poisson apéritif;
– le poulet à la basquaise, façon Clem, accompagné de pommes en robe;
– le chuttney tiède banane-mandarine au caramel de sucre de canne blond bio, flambé aux deux alcools;
– la ronde des fromages;
– compote de pommes.

Vous aurez noté que le plat est identique à celui de la semaine précédente. La raison en est fort simple. Le cuistot a été longuement applaudi la fois dernière et nous avons souhaité en faire profiter tous ceux qui n’ont pu venir la semaine précédente.

Grrr !
Suite à l’inondation générale du lab il y a quatre semaines, nous avons souhaité entreprendre une réparation sérieuse du tuyau d’évacuation d’eaux usées du bâtiment qui abrite l’Electrolab. Dans ces choses là, vaut mieux relever soi-même les manches de son T-shirt et s’atteler sérieusement à la tâche.
Etape 1: trouver les pièces de canalisation pour réparer. Un magasin, deux, trois, quatre… CINQ magasins de bricolage et toujours pas la moindre solution pour trouver ou commander des pièces d’évacuation PVC en 110mm. A Paname et dans la sénéchaussée de Nanterre, on ne trouve que du 100mm et évidement pas d’adaptateur pour passer d’une taille à l’autre. A ce niveau, c’est plus de la malchance, c’est de l’entente entre distributeurs pour ne pas diffuser la marque historique de canalisations en PVC qui elles, sont en 110mm! Quand on constate de surcroît que les marques « parisiennes » ont la même consonance que l’autre marque, y’a même plus de doute possible.
Un de nos membres fait un tour en province pendant le WE. Première quincaillerie dans un patelin paumé : dispo en stock. Hop, retour la semaine suivante dans le no-PVC land parisien pour l’…
Etape 2 : enlever l’existant et mettre en place un bouchon digne de ce nom. Roooh, facile. De prime abord oui, mais un tuyau en fonte de 110 mm ne se coupe pas en deux minutes, surtout s’il est placé à 4cm du mur ce qui interdit tout accès par l’arrière. Ensuite, il fait à peu près 110mm (en fait 110,7mm en moyenne dans notre cas) et il n’est pas vraiment rond. Du coup le manchon PVC ne VEUT PAS se mettre dessus! Et pas de tour parallèle à dispo pour aléser la pièce. Après moult ponçages et triturages au réchaud à gaz, le manchon et son bouchon ont été mis en place « sans aucune difficulté ». Le système d’évacuation est maintenant « secure ».

– pas mal comme tuyauterie. Vu de loin et peint en vert, ça ressemblerait presque à un cactus Saguaro
– ouais, et les râleurs, on les bouscule un peu dans cette direction pour vérifier s’il pique toujours, notre cactus !

Gné ?
De nouveaux meubles vont bientôt arriver : un canapé-lit pour la zone conviviale et deux petits range-tout pour cuisine, généreusement offert par une sympathisante du lab. Au fur et à mesure des dons, l’agencement du local s’adapte pour intégrer harmonieusement les éléments reçus. L’open-space qui englobe à la fois la zone conviviale (canapés, fauteuils) et geekage (tables de travail et chaises de bureau) est un peu modifié pour donner plus de place aux sièges « profonds ». Pour le moment, les tables de travail ne peuvent pas être repoussés vers la zone mécanique car celle-ci est occupée par les tables qui iront…dans zone électronique. Cette dernière ne peut être aménagée pour le moment à cause des travaux dans la zone chimie. Idem pour la zone de repos dont le positionnement définitif n’est pas arrêté. On doit encore choisir entre un placement au fond de la zone électronique ou au contraire, directement à l’entrée de celle-ci. La zone mécanique actuelle…

– dis, tu suis toujours son explication là ?
– m’oui! Cela étant, ou veux-tu que j’aille ?
– bon, espérons que l’on retrouve la sortie de ce labyrinthe.

Donc, la zone mécanique actuelle se verra peut-être déplacée à terme dans une nouvelle pièce adjacente, ce qui permettrait ainsi d’augmenter la taille de la zone geekage, dont les tables servent également au repas hebdomadaires et les ordinateurs portables d’assiette. Ainsi, la table principale de la zone geekage, située au centre, pourra être doublée en largeur et rallongée à 6 mètres contre 4,5mètres actuellement. Une fois la zone mécanique actuelle libérée, celle-ci pourra servir selon les besoins, à étendre la zone geekage et/ou accueillir un véhicule de taille standard pour assurer sa réparation ou son amélioration.
Avec cette configuration, la future nouvelle zone mécanique dont on pourrait disposer d’ici la fin de l’année serait séparée du reste du lab par une porte coulissante, limitant ainsi la gène sonore engendrée par les forgerons du lab.
Une zone mécanique autonome est également un plus en terme de sécurité, et sera plus facile à agencer pour accueillir des établis, scies et autres machines-outils.
Tout cela pour dire que l’aménagement du lab se profile doucement et le calendrier actuel permet d’envisager une installation de la zone électronique courant mai. C’est une première étape.

Ordinateurs en cœur
Les cinq ordinateurs de marque avec écrans LCD et, pour certains, double-écran haute définition ont été remis en marche à l’aide d’un système d’exploitation libre et quelques cartes graphiques supplémentaires, offertes par un membre. Reste à les installer (physiquement) sur des tables dès qu’on aura peu de place. Les bécanes double-écran iront pour certaines en zone électronique pour servir de station de CAO.

Serveur hors-service


Un premier serveur biprocesseur au format rack 19″ a été installé voila 15 jours. Mais il n’a fonctionné qu’une seule nuit: panne hardware. A l’aide de 4 autres bêtes plus ou moins identiques, deux membres on passé une soirée complète a reconstruire un serveur opérationnel. Entre le fait que ces bécanes de marque ne supportent qu’une vitesse de RAM très précise et que certains processeurs, mal installés d’origine ont grillé par surchauffe, il aura fallu une abnégation considérable pour arriver à un résultat positif. En tout cas, notre nouveau serveur fonctionne désormais sans faille depuis une semaine. Nous lui souhaitons une longue vie…


Côté cour
Par chance, le lab est situé à quelques minutes à pied d’une station de RER (= train régional), ce qui assure une liaison avec Paname en moyenne toutes les vingt minutes. Mais contrairement à la capitale de la perfide Albion, où les trains circulent tout la nuit, ceux du réseau Ile-de-France s’arrêtent après 0h30, soit pile l’heure où un hacker qui se respecte sort de table (blurp !) et commence à bosser (enfin si l’on ose dire). Même si un couchage minimal est envisagé prochainement au lab, la fonction « hôtel » ou « auberge de jeunesse » n’est pas prévue, ni à court ni à moyen terme.
Pour ceux qui habitent loin du lab, la seule solution décente pour s’y rendre tout en s’affranchissant des contraintes horaires des trains reste le deux-roues ou la voiture. Par chance, le lab dispose d’une grande cour qui sert tant de parking que de zone d’expérimentation spéciale. Spéciale ? Dans quelle mesure?  Disons que certains projets et expériences nécessitent d’avoir un peut de champ entre l’objet testé et l’expérimentateur qui « pilote » la chose…
Les lecteurs les plus anciens de cette page se souviendront par ailleurs que la zone « remise en forme » est également située dans cette même cour. La surface disponible et l’absence de vis-à-vis direct permet – dès les beaux jours venus – de délocaliser l’apéritif et le repas à l’extérieur : parfait pour des soirées grillades. Si vous avez quelques chaises de jardin et des tables ad-hoc en trop, on est preneur.