Tuesday 08/03/2011

Hackerspace à Nanterre

Tuesday 08/03/2011

Réunion un peu plus courte que d’habitude ce mardi. En fait, on s’est organisé une réunion exceptionnelle le lundi. De ce fait, les organismes étaient un peu fatigués le mardi et on a fait service minimum.

– y’a pas de menu cette semaine ?
– non, on a eu quelques soucis de fuite d’eau récemment (voir plus bas) qui n’ont pas permis de faire la cuisine sereinement : on a été contraint de se faire livrer un repas de qualité « industrielle ».

Bio
Le bio, c’est à la mode, et pour certains, c’est même un mode de vie qu’ils appliquent depuis des décennies. Mais qu’en est-il de la bio? Est-elle toujours tendance ? Ferait-elle l’objet d’un renouveau ?  Toujours est-il que nous avons accueilli ce mardi deux personnes intéressées par la biologie « libre ». Si cet intérêt se confirme, peut-être que la zone « chimie » se transformera en zone « chimie-biologie » ? Ainsi, on peut trouver un avantage au fait que le lab soit en cours d’aménagement depuis de longs mois. L’audience de l’Electrolab augmentant, de nouveaux sympathisants viennent nous voir et proposent des projets ou des idées auxquels les fondateurs n’ont jamais pensé jusqu’à présent. Bien que les finances soient très limitées, certaines demandes méritent d’être étudiées et peuvent – dans certains cas –  engendrer des travaux spécifiques. Il est plus judicieux d’influer sur l’aménagement du local au moment où il est en train d’être réalisé, plutôt que d’essayer de le faire plus tard, au moment où le lab sera réellement opérationnel.

Pour chlore ce chapitre assez sulfurique
Le WE dernier (5 et 6 mars), il n’y avait pas de travaux. Les forçats du lab on besoin de récupérer un peu de leurs récents engagements. Mais parfois, notre bonne étoile a tendance à nous abandonner un peu et du coup c’est lundi 7 qu’on  a remis les vêtements de travail, et ce dès le début de l’après midi. Ah bon, était-ce si urgent ? Un peu quand même : la canalisation principale d’évacuation d’eaux usées du bâtiment dans lequel se trouve le lab passe justement par nos locaux. Un point de faiblesse sur ce tuyau nous a inondé 100m² du lab d’eau pas propre du tout. Donc, après avoir été dépollueurs en décembre 2010, voici que 8 personnes ont acquis la compétence de récureurs pour tout nettoyer en 10 heures non-stop. Par chance, les pertes en matériels sont relativement limitées, mais la situation était toutefois suffisamment méphitique pour nécessiter l’usage de nombreux litres d’eau de javel pour assainir le sol. Le lab n’a jamais été aussi propre.
Un immense merci à ceux qui ont répondu immédiatement présent pour traiter cette sale affaire.

Wash machine
Un lave-vaisselle occupe déjà le lab depuis quelques temps. Pour le moment, on ne peut pas s’en servir car :
1°) L’appareil est en panne;
2°) le raccordement eau-évacuation du lab n’est pas terminé.

Tentons un peu de résorber la première cause : le patient est couché sur une civière improvisée par deux chaises. On lui « dévisse » le fondement pour accéder à ses organes vitaux. Plutôt en bon état, le bougre. A l’aide un contrôleur, on vérifie promptement l’isolation électrique. Ah pas bon de ce coté là : elle est déficiente et ferait sauter (de joie) le premier disjoncteur différentiel qui se respecte. Bon, direction la résistance chauffante, souvent coupable de ce genre de méfaits : un test « in situ » valide le problème. Hop, démontage, et…la panne est toujours la! D’ailleurs une fois démontée, la résistance se porte comme un charme! Y’en a qui feraient bien d’arrêter les apéros-dépannage.
Bon, on retourne dans les entrailles de la bête : démontage de la porte, du bloc connectique, du bloc de commande, on passe chaque fil et chaque organe au détecteur de mensonges : toujours en court-circuit ! Après bien 3/4 d’heure de pistage et de grattage dubitatif de notre chevelure, on finit par trouver un condensateur d’antiparasitage explosé placé juste à coté de l’arrivée du câble principal d’alimentation.  Court-jus total sur le composant. Screugneunieu ! si c’est pas de l’obsolescence programmée ça, cela y ressemble quand même fort.

Obsolescience
En attendant de remettre en place la totalité des pièces de notre lave-vaisselle, on peut toujours s’amuser à inventer un nouveau néologisme. L' »obsolescience » c’est la science de l’obsolescence programmée. La question qui reste ouverte est de savoir si cette « science » a pour objectif d’organiser et de développer sciemment l’obsolescence programmée ou au contraire de la dénoncer et de trouver les moyens de s’en prémunir. Nous vous laissons deviner quelle est la position prise par le lab sur ce sujet, dont certains vieux schnoques ont déjà identifié voila vingt ans le problème de vieillissement prématuré de certains produits de grande consommation.
L’Electrolab n’existe officiellement que depuis quelques semaines mais souhaite s’associer à cette problématique. D’abord en identifiant au gré de notre curiosité habituelle la présence de cette gangrène dans les produits existants et en concevant des objets et systèmes en privilégiant la robustesse, la réparabilité et en rendant leurs principes de fonctionnement accessibles au plus grand nombre. Il s’agit là typiquement des avantages du matériel libre dont le lab souhaite être promoteur.