Tuesday 12/04/2011

Hackerspace à Nanterre

Tuesday 12/04/2011

Après les vingt-deux personnes présentes mardi dernier, cette fois-ci nous n’étions qu’une quinzaine, ce qui laisse un peu plus de lattitude pour discuter avec les autres. Les travaux d’aménagement du lab prennent de la place et contingentent l’espace disponible pour le repas. Quand il y a vraiment foule, nous avons déjà opté pour un repas en deux services. Il n’est pas impossible qu’il faille y recourir à nouveau à l’avenir.  Cela étant, s’il fait beau en été, on peut aussi dîner à l’extérieur où il y a toute la place que l’on veut. Mais aura-t-on assez d’assiettes et de couverts ? Bah, le « trend » c’est de manger avec les mains : demandez donc des couverts dans un resto « burger », vous passerez pour un extra-terrestre!

Au menu :
– taboulé aux fruits et légumes frais;
– palette à la diable agrémentée de choux-fleurs, brocolis et carottes cuisinés à la vapeur;
– riz au lait;
– fromages;
– compotes de pommes.

Outre le fait que les cuistots du lab s’efforcent de servir des plats de qualité honorable, ils attachent de plus en plus d’importance à la présentation. Grâce à de petits cercles de cuisine en acier, le riz au lait a été servi sous une forme cylindrique bien plus sympathique qu’une simple plâtrée informe dans l’assiette. Pourquoi ne pas faire un jour une version « pac-man » de ces ustensiles, nous suggère un sympathisant? Ah, va falloir étudier la chose de plus près.

Les visiteurs du soir
L’ouverture du lab le mardi soir étant désormais connue de la galaxie entière, quatre personnes « primovisiteuses » nous on fait l’honneur de leur présence la semaine précédente. Cette fois-ci, nous avons encore eu la visite d’un nouveau. Certains sont envoyés par le bio-hack-lab « La paillasse » (voir plus bas) et se proposent même de contribuer à nos prochains travaux d’aménagement, d’autres viennent par ouï-dire afin de se faire leur propre opinion in situ.

Art de brutes
L’un de nos membres historique a une sœur. Ahhhhh!
…qui se propose, avec un collectif de grapheurs et d’artistes de venir peindre quelques uns de nos murs dont le blanc – certes immaculé – est sujet à salissures et fait penser à un hôpital un peu lugubre (manque plus que le néon qui clignote avec son bruit caractéristique). Une première séance de remue-méninges est à organiser au lab afin de choisir les thèmes – forcément « alternatifs » – des illustrations. On organisera une seconde réunion avec les artistes afin de caler les modalités de leur intervention. Cela devrait bouger d’ici l’été.

Paillassons !
Est-il bien nécessaire de commettre un paragraphe qui va expliquer que le lab ait investi dans un tapis de sol destiné à retenir de nos semelles aux profils sculptés toutes les souillures collectées lors de nos pérégrinations dans le monde extérieur, c’est-à-dire hors du lab ? Non, c’est superflu. Par contre, il est important de préciser que l’Electrolab va établir un partenariat (dont la forme reste à définir) avec un bio-hack-lab qui porte le doux nom de « La Paillasse« . Leurs travaux théoriques et réunions ont lieu à la Gaîté Lyrique et il est envisagé que les travaux pratiques se fassent à l’Electrolab, notamment en zone chimie-biologie. L’aménagement de celle-ci pourra de ce fait tenir compte des besoins spécifiques à la biologie. On ne niera pas que l’idée de mettre un jour en place des paillasses nous a déjà traversé l’esprit (d’équipe). Certes tout cela reste à réaliser et aménager ensemble. Alors mes amis, paillassons gaiement!

A toute vapeur
Le lab vient d’acheter un cuiseur vapeur de grande taille (12 litres). Arrivé mardi dernier, sa première mise en service a été réalisée par une GM (Gentille Membre) le jeudi même. Ah? Parce que le jeudi c’est cuisine aussi ? Non, c’est à la bonne franquette : chacun amène sa popote et fait partager aux autres. Nous avons donc dégusté des « ban-bao » à la viande hachée cuisinés à la vapeur à l’aide de notre nouvel ustensile: c’était délicieux.

You know I’m bed
Au fur et à mesure de l’arrivée de nouveaux membres et sympathisants, il nous est possible de collecter les anciens objets dont ils se séparent. Il a une semaine, c’est un lot d’assiettes et de couverts qui nous a été apporté. Et le week-end dernier, nous avons rapatrié deux dessertes métalliques sur roulettes, un plateau en acier pour table basse et un canapé lit. Ces derniers vont trouver leur place dans la zone « conviviale » qui – à ce jour – ne permet d’accueillir qu’une poignée de personnes. Tous nos remerciements aux sympathisantes qui nous a fait don de ces meubles et ustensiles. Et un canapé lit, c’est franchement pratique pour guérir les accès de surmenage des membres. D’ailleurs, un hackeur qui se respecte a les mêmes rythmes qu’un chat domestique. Il se repose le jour et chasse la nuit…

pompe de relevage à vide
Usant de stabilos et de graphiques, un membre nous a fait un exposé – sur le fil – pour présenter un système destiné à remplacer notre pompe de relevage pour eaux usées, qui – bien qu’acheté voila deux mois – n’est toujours pas livrée. Il suggère un système mettant en œuvre une pompe à vide, du fait que via une connaissance, le lab pourrait disposer à court terme de quelques modèles géants (qui ne rentrent même pas dans le coffre d’une voiture).
Avec le système de relevage d’eaux usées par vide évoqué par le membre, le risque que celui qui soit assis sur le trône se trouve aspiré et traverse – au moment de tirer la chasse – le siphon du goguenot en marche arrière, n’est pas tout à fait négligeable.
En conséquence, le comité de validation des « exo-objets » de l’Electrolab s’est réuni en conclave pour statuer sur la faisabilité de la chose. Cela fait deux jours qu’ils sont en réunion, et ils n’en sont toujours pas sortis… Apparemment, ça coince quelque part.

OMNI
C’est quoi un OMNI ? Un Objet Média Non Identifié. Mais encore ? Des journalistes et autres reporters en herbe nous contactent de temps à autre pour « envisager » un rendez-vous en vue de raconter un peu notre histoire. Mais parfois on en perd la trace sans que rien ne se passe. Le contact s’est transformé en OMNI.
Est-ce un problème? Pas du tout : le lab gère sa propre communication via le groupe de rédaction de cette page Internet (soit douze personnes à temps plein) qui fournit une information exhaustive et totalement sincère de ce qui s’y passe.
Maintenant, disposer d’un regard critique de tiers est toujours bénéfique. Le média alternatif OWNI.fr a envoyé deux journalistes en novembre et mars. Nous avons la grande joie de vous annoncer que l’article nous concernant vient d’être publié et que l’accent a été porté sur la mobilité électrique, thème cher à l’Electrolab. Nous vous encourageons à consulter le site d’OWNI.fr pour en savoir plus. Vous pouvez y accéder via le menu « Presse » situé à droite de cette page. Bonne lecture.