Tuesday 19/04/2011

Hackerspace à Nanterre

Tuesday 19/04/2011

Pfou, les héros sont fatigués, après un week-end de « détente et de flânerie » au lab où huit personnes ont œuvré d’arrache-pied le samedi, puis douze personnes le dimanche ! Et l’avancée des travaux d’aménagement est notoire. Pour couronner le tout, on s’est aussi organisé un p’tit déménagement. Bah, juste une quinzaine de mètres-cubes. Histoire de ne pas perdre la main 🙂
En effet, ce déménagement a eu pour but de libérer complètement notre zone mécanique en vue de travaux de réfection du sol prévus cette semaine.
Cette même raison nous a interdit de préparer un repas. En conséquence, chacun a amené sa (gar)gamelle, complété de quelques poissons apéritifs et tartes salées industrielles.

Kitchen room
Comme ce week-end on a eu la chance d’avoir plus de bras que prévus initialement, et ceci grâce à la venue d’amis issus d’autres hackerspaces, on en a profité un peu pour ranger la cuisine afin regrouper en icelle les plats, casseroles et autres ustensiles : cela devenait lassant d’avoir par exemple une distance de dix mètres entre le lieu de rangement des assiettes et celui des couverts. Ce dernier étant seulement accessible après avoir enjambé deux palettes bien remplies et réussi une figure de contorsionniste. Bref, ce n’était pas donné à tout le monde de dresser la table et les retardataires au repas du mardi soir ont parfois eu la secrète envie de se passer de couteaux et de fourchettes, presque inaccessibles, pour finalement déguster le plat comme il est d’usage de le faire dans un restaurant de type « burger », c’est-à-dire avec les mains!

Visitors entrance here
Evidemment c’est les vacances (scolaires), alors l’assemblée est plus clairsemée, il n’y avait QUE dix-huit personnes ce mardi. Et parmi celles-ci, plusieurs nouveaux visages sont apparus: des curieux, des ami(e)s, un couple de roboticiens. A chaque fois, un « tour du propriétaire » est organisé avec rappel de l’histoire du lab agrémenté de moultes anecdotes croustillantes, visite des différentes zones de travail avec description des aménagements réalisés et de ceux qui restent à faire. Au gré du parcours sont évoqués les différents projets en cours de réalisation ainsi que la vie de l’association assurant la gestion du lieu. La visite se termine par un passage dans notre petite boutique souvenir où il est notamment possible d’acheter le fameux glaçon « Electrolab » en forme de Space Invader. On rappelle que c’est aux acquéreurs de cet objet mythique et pérenne de prévoir la chambre froide mobile requise pour son transport jusqu’à leur « home », cold home.

Bô le lavabo
Pendant que certains membres organisaient les visites touristiques, d’autres téméraires ont poursuivi – en pleine semaine – l’installation de la salle de bains. Le lavabo a trouvé sa place définitive, c’est-à-dire au-dessus de la douche à 2,30m du sol.

– T’est sûr qu’il faut le mettre à cet endroit, le lavabo ?
– Ben regarde, c’est bien comme cela sur le plan.
– Tiens, tourne un peu la feuille pour voir…

La pompe de relevage – enfin livrée – a été positionnée à l’endroit ad-hoc et les premiers tuyaux d’évacuation venant notamment du lavabo et de la cuisine ont été installés. Reste à mettre en place celui du trône. Une partie du tuyau situé après la pompe est en polycarbonate – donc parfaitement transparent – ce qui permet de vérifier à tout moment le bon transit de chacun des membres. On ne pourra pas dire que l’Electrolab n’est pas soucieux de la santé de ses ouailles.

Water cycling
L’Electolab accueille de plus en plus de créatifs en herbe car les moyens dont il dispose – bien qu’encore modestes – leur permettent déjà de concevoir des premières versions de futurs objets artistiques. Nous ne manqueront pas de vos informer des expositions et autres installations pour lesquelles l’Electrolab a joué un rôle dans le processus de création et/ou de réalisation. Ainsi, une partie de la soirée a été consacrée par certains membres à fabriquer – en présence de la créatrice – une version de test d’un moteur péristaltique, fait de bric et de broc et mû par de l’eau sous pression.  Un peu de mécanique a été nécessaire pour construire la chose, et chacun aura pu vérifier que contrairement à la chimie ou à l’électricité, la fabrication mécanique n’émet ni étincelle, ni vapeur. Suite à la réalisation des premières pièces, quelques améliorations sont encore nécessaires avant de procéder aux essais, mais il semble que les bricoleurs du mardi soient sur la bonne voie pour faire tourner une roue de vélo. Dans cette application, il n’y a pas besoin de puissance puisque le but n’est pas de réaliser une transmission hydraulique pour bicyclette : la roue menée ne véhiculera jamais la moindre personne. L’objectif est de créer une œuvre d’art qui n’a d’autre dessein que de transporter l’esprit des futurs admirateurs de cette installation dans l’imaginaire de l’artiste qui l’a conçu.

Mikkro-contrôle
Ce mardi fut également l’occasion pour plusieurs membres de faire avancer leurs projets à microcontrôleurs. On pouvait notamment admirer les travaux des roboticiens sur la lecture de codes barre et la gestion d’un jeu de lumière avec mini-boule à facette et leds. Un habitué de l’Arduino en a profité pour faire une séance de formation à quelques profanes. Enfin les premières lignes de code « prototype » de notre interface de jeu pour la gestion de centrale nucléaire ont été compilées et permettent désormais de lire des valeurs analogiques pour les transmettre à un ordinateur. Le programmeur a d’ailleurs imaginé une application supplémentaire à cette interface hardware qui consiste à piloter un concours de chupachups! On attend avec impatience les détails de projet afin de voir de quoi il retourne…